Conseils pour la reprise du travail

Le Dr Bruno Grandbastien, médecin hygiéniste et président de la Société française d’hygiène hospitalière, répond aux questions de BFMTV quant aux précautions à prendre si l’on retourne travailler ce lundi.

De nombreuses personnes vont reprendre le chemin vers leur lieu de travail ce lundi. Si certains ont pu continuer leur activité à distance depuis leur domicile pendant plusieurs semaines, d’autres ont été contraints de cesser de travailler. Bien que le gouvernement exhorte ceux qui le peuvent à continuer autant que possible le télétravail, de nombreuses personnes sont concernées par ce retour.

« Pour limiter cette fréquentation (des transports en commun, NDLR) et donc la demande, le télétravail pour tous ceux qui le peuvent restera la règle », a déclaré la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, jeudi, lors de la présentation détaillée du plan de déconfinement de la population.

Inévitablement, les personnes qui retourneront travailler seront plus exposées à une contamination au Covid-19, ce qui nécessitera d’adapter son comportement pour se protéger le plus possible du coronavirus. Le Dr Bruno Grandbastien, médecin hygiéniste et président de la de la Société française d’hygiène hospitalière, répond aux questions de BFMTV.

Que conseillez-vous aux personnes qui vont retourner travailler ce lundi afin qu’elles se protègent en rentrant chez elles ?

Il y a l’étape de déplacement pour aller sur le lieu de travail et puis le retour. La première chose c’est de travailler particulièrement sur la distanciation sociale dans les transports en commun ou sur les lieux de travail. Cela reste pour moi la mesure principale.

Il y a aussi le port du masque dans les transports ou lors du déplacement pour aller ou revenir de son travail. Il faut le porter correctement: le masque doit couvrir le nez, la bouche, le menton. On doit éviter de le toucher. On touche très fréquemment son visage. Des études ont montré qu’on pouvait toucher son visage plus de 60 fois par heure et il faut vraiment être attentif à ça, ne pas se frotter les yeux.

Il faut avoir une hygiène des mains absolument irréprochable. Il faut se laver les mains ou se frictionner les mains avec un produit hydroalcoolique dès que l’on touche quelque chose, comme une barre de bus ou de métro ou que l’on pousse une porte. Il faut y penser aussi lorsque l’on touche son masque. Quand on rentre à la maison, on est dans un univers un peu plus habituel. Aller se laver les mains à l’eau et le savon est une mesure parfaitement adaptée sur laquelle il faut insister.

Est-il nécessaire de changer entièrement de tenue? Faut-il aménager un « sas » afin de changer ses vêtements ?

Je ne pense pas qu’il faille aller trop loin de ce côté-là. Se laver les mains est suffisant pour couvrir la plus grande partie du risque. Le mode de transmission sur lequel on veut essayer de lutter est le mode de transmission par contact.

Par exemple, le virus aura été déposé par quelqu’un sur un objet (poignée de porte, barre de stabilisation dans le bus ou le métro) et avec nos mains on va le prendre et le déplacer en se frottant les yeux, en se frottant le nez et se contaminer. On peut le porter sur les mains ce n’est pas gênant, il ne traverse pas la peau. Mais si on touche son visage et notamment les muqueuses comme les yeux ou le nez, à ce moment-là, on peut se contaminer.

Les vêtements que l’on portait à l’extérieur peuvent-ils contaminer le foyer ?

Le risque est extrêmement faible car le virus ne va pas résister longtemps sur des textiles, et le mode de transmission n’est pas avec les textiles, c’est plutôt sur des matériaux inertes comme une poignée de porte, une barre de stabilisation dans un bus.

Sait-on combien de temps le virus peut-il survivre sur un tissu ?

Pour les tissus, ça n’a pas été étudié de façon spécifique. On dit quelques heures, mais on a plus d’études sur des plastiques, du bois, du métal, des matériaux inertes, lisses, comme ceux qu’on touche absolument fréquemment.

Quand on a bien gardé la distance physique avec les personnes, le risque que nos vêtements soient contaminés est également plus faible que le fait qu’une poignée de porte soit contaminée.

Faut-il laver sa tenue dès son retour chez soi et à quelle température ?

Sa tenue privée non. Mais si par exemple je suis un professionnel de santé en libéral, je mets une blouse pour faire des soins, donc oui je vais laver ma tenue de travail tous les soirs.

C’est les objets qui auraient été largement contaminés, comme un masque, pour lesquels le lavage à 60 degrés est utile. De la même façon, le linge de lit utilisé par un patient qui est malade, on va le laver à 60 degrés.

Est-il utile de porter un masque en rentrant chez soi afin de protéger les autres personnes du foyer ?

Aujourd’hui, les règles sont de se protéger en portant le masque dans les zones où il y a une grande promiscuité et où les échanges se font avec des personnes qu’on ne connaît pas. Au sein du foyer familial, si vous n’avez aucun signe clinique, il ne me semble pas du tout nécessaire de porter un masque.

Si quelqu’un est symptomatique, il est très important qu’il se fasse prélever. On est dans une politique de tests dès que les signes cliniques apparaissent. A défaut de porter un masque, la solution peut être de s’isoler en auto-quarantaine dans la maison et de protéger l’environnement et ses proches.

Si dans mon foyer j’ai des personnes vulnérables, des personnes âgées de plus de 65 ans, qui ont des maladies chroniques qui les exposent à contracter une forme de maladie beaucoup plus grave s’ils étaient contaminés, ce n’est pas le port de masque qui va l’emporter mais vraiment une attention toute particulière à ne pas amplifier les contacts. C’est par exemple éviter que les enfants aillent embrasser leurs grands-parents s’ils habitent sous le même toit.